Codeco du 03.12 – Le remède devient pire que le mal

    2 décembre 2021

La gestion de la crise devient erratique alors que les indépendants et les PME ont besoin de stabilité et de clarté pour travailler. Trois Comités de concertation en deux semaines : ce n’est pas sérieux. Les mesures ne peuvent être efficaces que si elles sont justifiées, compréhensibles et réalistes. Ce n’est plus le cas.

Les indicateurs de l’épidémie restent dans le rouge, mais la progression n’est plus exponentielle. Le sommet de la quatrième vague serait en vue, dit-on, et devrait être atteint d’autant plus rapidement que les restrictions décidées le 17 novembre, puis le 26 novembre, n’ont pas encore donné leur plein effet.

Les épidémiologistes sont dans leur rôle en réclamant le retour à un quasi-confinement. Les responsables politiques ont d’autres paramètres à prendre en compte. Une partie de la population ne peut plus ou ne veut plus suivre les règles quand elles changent toutes les semaines. Les entrepreneurs, dans tous les secteurs, ont fait d’immenses efforts pour assurer la protection du personnel et des clients. Le virus ne circule pas moins, au contraire, dans des activités clandestines que dans des activités contrôlées.

Lire le communiqué de presse UCM dans son intégralité