Coronavirus et PME : UCM dresse l’inventaire des mesures à prendre

L’alerte sanitaire suite à l’apparition du virus Covid-19 commence à peser sur l’économie. Brussels Hotels Association chiffre déjà à dix millions d’euros l’impact des annulations par les voyageurs. Le manque à gagner retombe en cascade sur les restaurants, les commerces, divers services, etc. D’autres indépendants et PME sont touchés par exemple par des interruptions de livraison. Un ralentissement économique généralisé est possible. UCM demande donc aux autorités les mesures curatives et préventives suivantes.

1) Au niveau fédéral
Faciliter le recours au chômage temporaire pour cas de force majeure ou pour raison économique, soit pour les salariés en quarantaine, soit en cas de baisse de l’activité.
Permettre un étalement des paiements des cotisations patronales ONSS sur dix-huit mois, avec possibilité d’exemption des majorations et intérêts de retard.
Permettre également des reports des versements TVA et du précompte professionnel sans amendes ni intérêts de retard, en cas de difficulté de trésorerie liée au coronavirus.
Pour les indépendants, informer sur la possibilité d’adapter à la baisse le versement de ses cotisations sociales et permettre, dans certains secteurs ou sous certaines conditions, le report d’un an des paiements du premier semestre 2020 sans perte ni suspension des droits.

2) Au niveau régional
Offrir aux touristes des chèques Horeca et des chèques « commerces de proximité » pour soutenir les secteurs les plus mis sous pression.
Prévoir un soutien de trésorerie aux entreprises affaiblies via un système temporaire d’octroi de garanties et de crédits de crise, à l’instar de ce qui avait été mis en place par le gouvernement bruxellois après les attentats de 2016.
Suspendre certaines taxes, notamment sur les surfaces commerciales inférieures à 400 mètres carrés et celles de séjour sur les hébergements touristiques.

3) D’une façon générale…
UCM demande à toutes les autorités publiques et aux administrations de la bienveillance et de la compréhension, pour certains retards de paiement mais aussi pour des retards de livraison liés aux événements. Les mesures de crise adoptées doivent être facilement accessibles.
À cet effet, mieux vaut ne pas créer une cellule temporaire d’aide aux entreprises en difficulté, mais utiliser des structures existantes comme le 1890 en Wallonie ou le 1819 à Bruxelles. Ces services sont à même de rassembler les informations pertinentes et de rediriger les indépendants et les chefs de PME vers les bons experts et organismes.

**************

CONTACT PRESSE UCM : THIERRY EVENS  –  081 48 62 61 – 0474 95 07 74