Télétravail : une usine à gaz peu utile

    18 novembre 2021

Le Comité de concertation devait prendre des mesures pour enrayer la progression de l’épidémie de Covid et l’engorgement des hôpitaux. UCM se réjouit de l’absence de décision de fermeture radicale. En revanche, l’obligation de télétravail en deux temps va créer des problèmes aux petites entreprises.

Le télétravail est imposé quatre jours par semaine pendant trois semaines, puis trois jours par semaine. La gestion du personnel est évidemment très compliquée avec ce système de yoyo. Dans les très petites structures, interdire sans discernement la présence des collaborateurs dans l’entreprise peut paralyser le fonctionnement. Les patrons de PME sont à même d’assurer la sécurité de leur personnel, sans recourir à un équipement coûteux comme cela semble envisagé. Les patrons seront soumis à une charge administrative supplémentaire pour l’enregistrement. Les contrôles devront être souples et les sanctions réservées aux cas manifestes de mauvaise volonté.

Lire le communiqué de presse UCM dans son intégralité